Noir Kennedy

noir-kennedy

En ce tragique 22 novembre 1963, le monde a perdu l’un des chefs d’Etat les plus charismatiques qu’il n’ait jamais connu, John Fitzgerald Kennedy. Pâle consolation, de ce jour tragique a vu le jour Noir Kennedy.

Pour la petite histoire, Noir Kennedy est née de la fascination de deux créateurs français, Sébastien et Flora, pour l’assassinat de JFK et pour tous les mensonges et les secrets liés à ce drame. Passionnés par la mode Vintage alors absente des rues parisiennes, Sébastien et Flora ont, à travers Noir Kennedy, décidé de ramener l’art de la fripe de Londres au Marais parisien, où a été ouverte leur première boutique. Faute de pouvoir vous expliquer le rapport entre l’assassinat et le vintage, j’ai au contraire l’ambition d’entretenir un peu plus le mystère autour de l’enseigne.

De toutes manières, je ne pourrais mieux vous expliquer Noir Kennedy que le fait déjà leur site internet, www.noirkennedy.fr, à l’image de l’univers de la marque. Un univers plutôt « dark », puisqu’il surfe sur la vague d’un des événements les plus tragiques du siècle passé, source d’un marketing provocateur. Dans l’excès, Noir Kennedy joue la carte provoc’ jusqu’aux boutiques : des vendeurs sur-piercés, sur tatoués, qui mériteraient des cartons rouges de la part de n’importe quel geek de la mode, des cercueils en vitrine, de la fripe en veux tu en voilà, des cabines d’essayages dégueulasses faites en cabines téléphoniques anglaises recyclées, des rats morts… une grosse blague, quoi.

On leur reprochera aussi de vouloir attirer les foules plus que de faire leur travail de mémoire puisque absolument rien dans Noir Kennedy, mis à part le nom, ne pourrait être associé à feu le 35ème président américain.

Pourtant, j’aime. J’aime parce qu’ils ont été les premiers à transformer les Beatles en logo mode, et c’était il y a déjà deux ans. J’aime, parce que même si je ne porterai jamais ces slims outrageusement « slim » (notamment à cause d’une incapacité physique à rentrer dedans !), l’as de trèfle à l’arrière du pantalon, au niveau de la ceinture, fait office de détail qui tue sur chaque modèle, j’aime parce que j’en ai un peu marre des marques sans univers, en pleine inflation, comme Diesel, Replay ou Energie (pour ne citer personne) et j’aime surtout parce que même si tu sais que tu ne le porteras surement plus jamais, ton slim Noir Kennedy ne t’as pas couté plus de 70 euros, contrairement à ces enseignes usées qui te facturent leurs services 200 euros l’item.

Kennedy est mort, vive Noir Kennedy ? Pas si sûr. A croire que la marque souffre de la malédiction dont a été victime la famille du défunt président et qui a couté la vie à une grande partie de la Dynastie (de Arabella, Caroline, John Jr et Patrick, les quatre enfants de JFK et Jacqueline Kennedy, seule Caroline est encore en vie) puisque malgré un nombre important d’initiés, les fashionistas semblent bouder Noir Kennedy. Alors, un petit geste pour sauver ce nouveau né au nom mystiquement habité, en rejoignant les groupes facebook Noir Kennedy, notamment celui pour l’ouverture d’un Noir Kennedy à Marseille. Le monde de la mode a besoin de vous !

Gary

Une réflexion sur “Noir Kennedy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s